Mes Conseils

25 avril 2019 -

Les difficultés de l’architecte d’aujourd’hui

Lors d’échanges entre professionnels ou avec mes proches, je me suis rapidement aperçu que le métier d’architecte est en fait très mal connu.

Nombreux sont les gens qui pensent que son unique mission est d’établir des plans, mais son rôle est plus complexe et varié car il peut également intervenir en phase d’exécution, c’est à dire assurer le suivi de chantier jusqu’à la réception des travaux

Il est donc urgent de réhabiliter l’image des architectes !

Je vous propose dans cet article, de vous présenter

  • La formation initiale d’un architecte,
  • Les compétences personnelles et professionnelles indispensables à l’exercice de cette profession,
  • Le rôle d’un architecte dans la conception et la réalisation de projets de construction,
  • Les lourdes contraintes administratives pour les architectes
  • Les difficultés rencontrées par la profession depuis plus de 10 ans
  • Les évolutions du métier à l’horizon 2030

Quelle formation pour devenir architecte ?

Pour exercer à son compte, un architecte doit en premier lieu, à l’issue de 5 années en école d’architecture, obtenir un Diplôme d’Etat d’Architecture (DEA) puis de suivre une formation complémentaire, pendant 1 année au sein d’une agence d’architecture, pour avoir l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre, plus couramment appelée HMONP.

Il est également possible d’approfondir cette formation en accédant au Doctorat en architecture (BAC +8).

Dès lors que l’architecte démarre son activité en libéral, il a l’obligation de s’inscrire à l’ordre des architectes.

Quelles compétences doit avoir un architecte ?

La qualité première d’un architecte est, bien évidemment la créativité. Il doit également avoir une grande capacité d’écoute afin de pouvoir transposer les désirs de ses clients tout en respectant les nombreuses normes auxquelles sont soumis les différents types de construction.

Par conséquent, il est impératif que l’architecte maîtrise les bases juridiques et plus particulièrement en droit de l’urbanisme.

Il doit autant savoir manipuler le crayon que les logiciels de dessins (CAO et DAO) pour lui permettre de réaliser les plans.

Tout chantier réserve son lot de surprises (Retards, demandes de modifications, caprices de la météo, …) il est donc indispensable qu’il soit doté d’une grande résistance au stress pour lui permettre de gérer ses chantiers avec calme et sérénité.

Quel est le rôle d’un architecte dans un projet de construction ?

Le métier d’architecte consiste à dessiner, concevoir puis superviser la construction d’un bâti, qu’il s’agisse d’une construction individuelle ou d’un collectif.

En conséquences, ses missions sont aussi nombreuses que variées et complexes.

Il doit tout d’abord analyser le contexte ainsi que le cahier des charges de chaque projet. Démarrent ensuite les études de faisabilité qui prendront en compte l’intégralité des contraintes, qu’elles soient économiques, techniques (Etude des sols, choix des matériaux appropriés, …) et règlementaires (Urbanisme, Etablissements Recevant du Public ou ERP, etc…)

Il doit également porter attention à l‘intégration du bâti dans son environnement sans oublier de prendre en considération l’Histoire d’une construction existante pour laquelle il doit créer une extension, ou de celle de son environnement (Village, ville, monument historique, …)

Enfin, il doit également pouvoir se projeter dans le futur espace de vie afin qu’il soit fonctionnel et qu’il réponde aux besoins, attentes et rêves des futurs usagers.

Les lourdes contraintes administratives des architectes

Au delà de toutes les contraintes techniques, économiques et règlementaires évoquées plus haut, viennent s’ajouter de nombreuses obligations administratives.

La rédaction des cahiers des charges techniques, des marchés de travaux, le suivi financier des chantiers, la vérification et validation des factures de situation des entreprises, la saisie des comptes-rendus de chantiers, la communication des pièces contractuelles aux différents intervenants (Plans, cahiers des charges, …) l’élaboration du planning des travaux font également partie du quotidien de l’architecte.

Toutes ces contraintes administratives peuvent occuper plus de 40 % de son agenda, déjà bien chargé.

Nous pouvons alors mesurer l’importance d’une assistance administrative de qualité pour libérer l’architecte d’une grande partie de ces tâches chronophages .

Le métier d’assistante d’architecte exige tout d’abord d’avoir des connaissances et de l’expérience professionnelle dans le domaine du bâtiment, une grande rigueur et à la fois de la flexibilité, des capacités d’organisation appuyées sans oublier une grande capacité de production et de résistance au stress.

(Pour en savoir plus sur les missions que je propose aux architectes et maîtres d’œuvres)

Les difficultés rencontrées par la profession depuis plus de 10 ans

Les architectes n’ont pas la vie facile et ceci depuis la crise économique de 2008 et l’effondrement du nombre de projets immobiliers qui en fût la première conséquence.

En 2013, 1 architecte sur 4 était en grande difficulté économique. La commande et les taux d’honoraires ont beaucoup baissé aussi bien en marchés publics qu’en marchés privés. En 2016, 75% des architectes n’atteignent pas le revenu moyen de la profession.

De plus, les grandes collectivités choisissent aujourd’hui de plus en plus de grands noms de l’architecture au détriment du Marché local et des plus petits cabinets d’architecture.

Enfin, les difficultés financières engendrées par ces phénomènes, font que les agences ne peuvent plus accueillir d’étudiants en architecture, contraints de pratiquer le dumping pour pouvoir sauver leur activité.

L’évolution du métier d’architecte à l’horizon 2030

Il est intéressant de comprendre comment la profession se projette dans l’avenir et ainsi de rester optimiste.

Une enquête d’opinion, menée auprès de 1000 architectes par l’IFOP, à la demande du Conseil National de l’Ordre des Architectes, révèle que 60% des architectes interrogés pensent que l’avenir est propice aux agences d’architecture de 4 salariés et plus. Il faut savoir qu’aujourd’hui, ces derniers exercent à plus de 50% en individuel.

Il est également constaté que la profession croit en la nécessité de profonds changements, aussi bien dans les formes juridiques et tailles des cabinets d’architecture que dans la réunion des compétences (Economistes de la construction, ingénieurs, spécialistes HQE, juristes, urbanistes, paysagistes, …). Ceci dans l’objectif de mieux affronter les évolutions de la société.

Ainsi, la qualité environnementale des bâtiments, les aspects économiques de coûts de construction et de maintenance, les aspects techniques liés aux consommations énergétiques des bâtiments sont les principales pistes d’amélioration exprimées par les architectes.

Bien qu’un vent de pessimisme ambiant perdure encore, il faut espérer que les différents acteurs de la profession (Syndicats d’architectes, ordre des architectes et pouvoirs publics) prennent rapidement pleine conscience des évolutions de la profession dans un avenir proche, et agissent en conséquence, pour accompagner aux mieux nos architectes d’aujourd’hui et de demain !

 

Sources : 

 

Partager cet article